(English below)

MAUERSTÜCKE peut s'entendre comme le diorama d'une bataille intérieure dans la guerre des mondes, des concepts, de l'implosion des sens et des perceptions qui font de chacun de nous une sorte de Wunderkammer ambulant d'idées qui s'entrechoquent… C'est l'assise d'une manière de consruire et d'habiter un lieu, une esthétique dans le(a)quel(le) s'étireraient le temps, l'espace et les profondeurs. Une affaire de territoires,  en somme.

 

MAUERSTÜCKE sont une sélection d'"antiquités" mélées à des travaux plus contemporains, agencés selon des affinités de sens ou d'affects que le regard recueille dans son parcours à travers des publications variées. Chaque pièce hypercontextualisée au départ est mise à l'épreuve d'un décloisonnement inédit pour elle par le voisinage immédiat, tantôt d'un Relief de palette (Müllstück)I, tantôt d'un court-métrage (Kurzstück), d'une pièce montée (Skulptück) ou d'une image peinte, photographiée, imprimée (Bildstück),… le tout formant un pan de mur qui aura son caractère propre dans le défilement de pans qui lui précèdent ou lui succèdent, le tout formant un seul mur. Un peu comme le processus de montage "fait" le film. En somme, le (pan de) mur fait oeuvre.

 

MAUERSTÜCKE imagine le geste du collectionneur, avec ce côté poétique dans la construction de sa collection (premières esquisses, commencement d'une série de style défini, première expédition,…); une scénographie émerge au fur et à mesure d'une sélection de travaux tantôt "figuratifs", tantôt "abstraits", pris dans la nasse de façon aléatoire; la mise en perspective sera immanquablement enrichie par le regard extérieur invité à reconstituer ou alimenter sa propre guerre civile. Une suggestion d'échos, en somme.

Note: le descriptif des étiquettes mentionne l'appartenance à des approches spécifiques par une abréviation: (L) Laundry (accompagné d'un nombre)  (TR) Triptyqes ou Questions d'époque, (RS) Dimanches ou La Recherche du Sujet, (RM) Road Map,  (RDM) Russian Diary Moods, (Mû) Mühlstücke,  (CM) Courts métrages, ((Coll) se réfère aux Collectifs, (Es) Esquisses et enfin, important, mes one shots ((Os), assez nombreux malgré tout.

Livre d'artiste (Mauerstücke)

MAUERSTÜCKE[1] could be interpreted as the diorama of an inner battle in the war of worlds and concepts, of the implosion of the senses and perceptions that render each of us a sort of ambulating Wunderkammer of conflicting ideas... They constitute the basis for how to create and inhabit a place, an aesthetic form in and through which time, space, and depth unfold. In short, a matter of territory.

MAUERSTÜCKE constitute a selection of “antiques” combined with more contemporary works, arranged according to affinities of meaning or impact that our gaze elicits in its trajectory across various catalogues. Hypercontextualised at the outset, each piece is put to the test of a new decompartmentalisation by its immediate surroundings, sometimes a sculptural relief composeds of waste-materials (Müllstück), sometimes a short film (Kurzstück), a staged piece (Skulptück) or a painted, photographed, or printed image (Bildstück), the whole forming a section of wall imbued with its unique character in the scrolling of sections which precede or succeed it. Ultimately, the whole forms a single wall. Akin to how the editing process “makes” the film. In short, the (pan of the) wall makes the work.

MAUERSTÜCKE imagines the collector’s gestures, with this mythological aspect in assembling his collection (earliest sketches, beginning of a series with a specific style, initial forays,...). Randomly ensnared, a scenography emerges as and when a selection of works is sometimes rendered figurative and abstract at others. Inevitably, the external gaze which is invited to reconstitute or fuel its own civil war can only but enrich such a reappraisal. In short, a matter of resonance.

Note: the labels’ explanations use a specific abbreviation to refer to belonging to some specific topics or approaches (sublist by clicking on the title "mauerstücke" above).

[1] Mauerstücke from the German for wall-segments, but in this context can be better understood as items on the wall.                                                                                           (Translation : John Barret)